Notre histoire

Voor 1946

L'histoire

Bernard Van Hool (° 05.03.1902 - † 06.03.1974) se sentit attiré, dès son plus jeune âge, par la mécanique, la construction et l’électricité. S’il appréciait entretenir les machines, il s’attelait surtout à rechercher de nouveaux moyens plus intelligents de les utiliser. Après avoir fondé sa propre taillerie de diamant et fait ses premiers pas dans le secteur de l’incubation mécanique d’oeufs de poule, la Deuxième Guerre mondiale l’obligea à se réinventer. Il constata une réelle nécessité de disposer de véhicules adaptés pour transporter les matériaux nécessaires à la reconstruction.

Son objectif était de construire des infrastructures, des ponts et des routes. Il a fini par transformer un vieux car en moyen de transport. C'est ainsi qu’il a ouvert la voie à notre société actuelle. Le premier autocar, De Trekvogel (« L'oiseau migrateur »), en est le résultat.

1947 - 1956

Les débuts

À l’origine, l’entreprise se composait de 22 collaborateurs et 6 membres de la famille. Les premières carrosseries avaient beaucoup de succès : leur modèle et design étaient souvent inspirés des grosses voitures de tourisme américaines. Dès le début, Van Hool visa une identité propre et une esthétique personnelle. Au cours de ce processus, Van Hool apprit très vite ce que signifiait la flexibilité. Bernard Van Hool a compris que, pour travailler de manière rationnelle et en série dans la construction de squelettes, il devait développer un modèle de base. Les clients pouvaient néanmoins ajouter leur touche personnelle à leur voiture.

Une division CIS (« Carrosseriëen voor Industriële Speciale Voertuigen ») fut créée. Elle tentait de combler les mois où l’on construisait moins d’autobus et d’autocars, par d’autres travaux de carrosserie.

À cause du recul sur le marché au début des années cinquante, Van Hool partit en prospection au Congo belge. En 1954, les premières carrosseries Van Hool partirent vers Léopoldville. Ces expériences furent l’amorce d’activités ultérieures en Afrique, entre autres au Nigeria, en Angola, en Tunisie et surtout en Algérie. 

Les premières carrosseries furent livrées aux Pays-Bas, qui allaient devenir lentement mais sûrement un véritable marché intérieur. La construction d’une nouvelle usine fut entamée de l’autre côté de la rue.

Cette année-là, la 1000e carrosserie Van Hool fut livrée et au total presque 500 véhicules allaient être construits.

1957 - 1966

 Un nom, une marque

Le 15 février 1957, un accord commercial est signé avec Fiat pour la fourniture de moteurs et d'autres composants mécaniques (boîte de vitesses, essieux, volant). Van Hool passe ainsi de carrossier à constructeur belge à part entière d’autobus et d’autocars portant la marque Van Hool-Fiat. En 1961, la SA Catrabel est fondée ; elle allait être à l'origine de la construction de véhicules industriels en 1965. La même année, un nouveau complexe de bâtiments fut érigé pour le service après-vente (créé en 1957), avec des entrepôts et des ateliers de réparation pour les révisions.

En 1965, les premiers autocars furent construits pour la Grande-Bretagne. Au cours des années suivantes, les efforts de Van Hool furent récompensés à cinq reprises par le titre de « Coach of the Year » au « Concours d'Élégance » du British Coach Rally.

1967 - 1974

Le saut industriel

L’internationalisation, la croissance, les nouveaux marchés et la socialisation du tourisme sont les vecteurs d'un nouvel essor pour Van Hool. Le tourisme de longue distance devient réalité, favorisé par le développement constant du réseau autoroutier européen, avec comme corollaire une évolution importante : on construit des véhicules assez sophistiqués, faits pour le tourisme de masse et un rendement maximal du matériel roulant.

Le succès des véhicules construits en 1966-1967, années au cours desquelles l'ensemble de la gamme fut entièrement repensé, est dû aux exigences que Van Hool s'était fixées. Le postulat de départ était : que veut le client ?

En collaboration avec le Rijksdienst voor Arbeidsbemiddeling (RVA), la première école de soudure fut créée. En effet, Van Hool avait constamment besoin de main-d’oeuvre qualifiée, quasiment introuvable sur le marché du travail.

Le 6 mars 1974, Bernard Van Hool meurt subitement lors d’un salon de la construction à Bruxelles, sur lequel il cherchait des informations pour la construction du nouvel atelier de production. Sa devise : « La construction, c’est ma vie. Il faut continuer dans cette voie. Allons de l’avant. » Une devise qui est toujours d'actualité.

1974 - 1982

L’essor... malgré le marasme économique

06 juillet 1974 : la première pierre de la nouvelle usine Véhicules industriels est posée. Le 1er janvier 1976, la Misstraat fut rebaptisée « Rue Bernard Van Hool », un hommage du conseil communal au fondateur de l’usine Van Hool.

Van Hool présente son premier autobus urbain intégral, l’A120, construit sur une chaîne polyvalente. La nouvelle ligne de carrosserie d’autocars, l’Alizée, fut présentée au Salon de Paris.

Le nouvel autocar intégral fut officiellement présenté au Salon de Bruxelles : le T8, un autocar intégral de luxe de la famille de l’Alizée. Le T8 Acron fut l’autocar le plus vendu de l’histoire de Van Hool et est encore aujourd’hui très prisé pour sa fiabilité, ses qualités routières et sa rentabilité. Van Hool présente son autobus articulé AG280, basé sur l’A120. Van Hool lance ses midibus AU141 et AU138. Avec l’AG280, ces bus sont à la base du développement futur du concept de bus à plancher surbaissé. Van Hool lança son premier conteneur-citerne, le début d’une réussite. Grâce à ses activités de constructeur de carrosserie, Van Hool put faire son entrée dans des pays en voie de développement lointains, par exemple le Nigeria, l’Angola, et plusieurs pays du Moyen-Orient. La division véhicules industriels trouva de nouveaux débouchés en Europe (France, Pays-Bas, Allemagne) et même dans des pays lointains (Angola, Dubaï, Laos, Irak...). Les premiers autocars sont livrés au Japon.

1983 - 1990

Garder le cap de la croissance malgré les récessions

Le premier autobus aéroportuaire fut livré à la Sabena. En 1984, la grande percée fut un fait avec la livraison de 22 très grands autobus aéroportuaires pour Milan. Aujourd’hui, des autobus aéroportuaires Van Hool sillonnent les pistes de plusieurs dizaines d’aéroports dans le monde. Les 10 premiers autocars de tourisme T8 intégraux furent transportés aux États-Unis, un modeste début qui devint plus tard un grand succès. L'immense ambulance articulée « Jumbulance » (18 mètres de longueur) construite pour le compte de l’œuvre de bienfaisance ACROSS est citée dans le Guinness Book des Records.

 L’autobus à plancher surbaissé A500 est lancé lors du congrès de l’UITP à Bruxelles. Van Hool fut le premier constructeur à construire un autobus à plancher surbaissé sur toute la longueur. Dans la division des véhicules industriels, des investissements furent opérés en des bureaux modernes et en équipements. La capacité de production atteint 20 unités par jour. Van Hool conclut un contrat pour la distribution exclusive d’autocars Van Hool sur le marché américain par l’intermédiaire de la société ABC Bus Companies, Inc. en Floride. Van Hool y est devenu le plus grand importateur en quelques années seulement. Van Hool reprend LAG Bus à Bree, en vue d’accroître sa capacité de production. Le modèle de voiture produit par LAG est placé dans une entité juridique distincte sous le nom d'EOS.

1991 - 1997

Prêt à relever de nouveaux défis

Un nouveau magasin de pièces détachées et de services fut construit, ainsi qu’un complexe de bureaux d’une superficie de 2000 m2 pour la division véhicules industriels. Les châssis Van Hool sont montés dans un nouveau hall de 6000 m2. Un nouveau complexe de 4000 m2 accueille la finition ainsi que les bureaux de production. Lancement de l’autobus à plancher surbaissé A300 lors du congrès de l’UITP à Stockholm. Au lieu d'opter pour un nouveau concept, Van Hool s'en est tenu au concept et au design familiers du T8.  Le salon de Courtrai a vu le T815 Acron New Look être élu le meilleur car de tourisme sur le plan technique. Vers 1997, Van Hool développe un certain nombre d'autobus avec des sources d'énergie alternatives : un autobus hybride, un trolleybus bimode, un autobus au gaz naturel. Le modèle de base de la nouvelle gamme d'autocars T9 a été présenté pour la première fois au Salon de Courtrai. VAN HOOL commence à répondre à la nouvelle tendance du transport intermodal de marchandises. En peu de temps, une gamme complète de conteneurs-citernes est développée, avec la mise en place d’une ligne de production séparée.

1998 - 2008

La croissance au tournant du siècle

ABC et VAN HOOL renforcent leur collaboration stratégique par une prise de participation minoritaire de Van Hool dans ABC Bus Companies, Inc. Suite à cette collaboration, les autocars de luxe Van Hool sont devenus les autocars européens les plus demandés en Amérique du Nord. Un nouveau hall de fabrication est mis en service pour la production de conteneurs-citernes à gaz. Ce nouveau hall, d'une capacité de 450 unités par an, permet de réaliser un concept de conteneur-citerne à gaz léger, très apprécié des sociétés de leasing internationales.

La nouvelle gamme d'autobus de transport public est présentée. Après une étude comparative approfondie, l’autobus VAN HOOL A330 est élu « Bus de l’année 2003 » par un jury de journalistes spécialisés. Pour la première fois de l’histoire, l’autobus à hydrogène le plus révolutionnaire est présenté au grand public américain en 2005. Van Hool a réussi à inscrire cette première à son actif, en étroite collaboration avec le client en Californie et le partenaire américain spécialisé dans les piles à combustible, United Technologies Power, Inc. Le 14 mai 2007, en présence de Kathleen Van Brempt, Ministre flamand de la Mobilité, de l’Économie sociale et de l’Égalité des Chances et d’un représentant de Fientje Moerman, Vice-Ministre-Président et Ministre flamand de l’Économie, des Entreprises, des Sciences, de l’Innovation et du Commerce extérieur, fut présenté l’autobus à pile à combustible destiné au continent européen. Le nouvel autobus à pile à combustible est une première mondiale. Celui-ci est en effet le premier autobus hybride à part entière (hydrogène et électricité) qui récupère l’énergie de freinage.

De nouveaux trolleybus sont de nouveau commandés pour l’Europe et Van Hool développe toute une gamme d’autobus hybrides diesel-électriques.

2009 - 2018

Coopérer pour des performances optimales

Début 2008, AC Transit dépose la commande la plus importante d’autobus à pile à combustible jamais vue en Amérique du Nord – 8 autobus à pile à combustible Van Hool A330. Van Hool expose au salon UITP des transports publics à Vienne sa nouvelle gamme d’autobus hybrides diesel-électriques : un midibus (A308Hyb), un bus standard (A300Hyb), et un bus articulé (AG300Hyb). Au sein du département des véhicules industriels, Van Hool continue d’innover en proposant un conteneur-citerne pour le transport de gaz cryogénique. Google apprécie également les bus de Van Hool et commande, pour le transport de ses collaborateurs, 44 véhicules de type T2145.

À l’occasion du congrès mondial de l’UITP à Dubai, Van Hool présente l’Exqui.City, un véhicule qui associe la forme d’un tram à la flexibilité d’un bus. Busworld 2011 à Courtrai est l’occasion de présenter les TX, une toute nouvelle gamme de véhicules de tourisme. La gamme TX a d’emblée décroché le Grand Award Coach et l’Environment Award.

Van Hool a célébré son 65e anniversaire en 2012. Le 20 juillet 2012, à Skopje, en Macédoine, la première pierre a été posée sur le site de la nouvelle usine de bus Van Hool en Macédoine. Van Hool construit en Algérie le plus grand bus d’aéroport jamais conçu.

En 2013, Van Hool célèbre 25 années de collaboration avec son partenaire ABC, distributeur exclusif des véhicules Van Hool en Amérique du Nord. Cette célébration est l’occasion d’introduire de nouveaux modèles américains : le TX40, le TX45 et le CX45. Van Hool livre à Aberdeen, en Écosse, 22 bus à pile à combustible – la plus grande flotte de ce type en Europe. Lors du salon Busworld, Van Hool est l’un des premiers à présenter une gamme complète de véhicules conformes à la norme Euro-6. Van Hool présente en avant-première son premier autobus entièrement électrique, l’A308 E.

À partir de 2015, Van Hool construit en Macédoine un nouveau type d’autocar « standardisé » pour l’Europe et les nouveaux marchés. Le nouveau véhicule répond au nom d’« EX » (prononcez : « e-iks ») et est disponible dès fin 2014. L’EX répond à la demande croissante de véhicules moins coûteux.

En 2015, Van Hool développe un nouveau type de conteneur-citerne 45’ en collaboration avec BASF. L’objectif était alors de créer un nouveau système qui rendrait le transport ferroviaire classique aussi flexible et rapide que le transport combiné, sans pour autant perdre l’avantage existant du transport ferroviaire classique : des capacités de charges élevées.

Le carnet de commandes de Van Hool IV est réellement impressionnant. BASF a commandé 482 conteneurs-citernes. Le conteneur-citerne développé par Van Hool et BASF a été optimisé pour le transport ferroviaire et devrait permettre de déplacer vers le rail une plus grande partie du transport routier de fret chimique.

La ville de Pau (France) commande 8 trams-bus à hydrogène Exqui.City, une première mondiale pour des systèmes BRT (Bus Rapid Transit) complets avec des bus-trams articulés.

Van Hool annonce qu'il construira son premier autocar 100 % électrique à destination du marché américain, le CX45E.

En 2018, Van Hool construit 30 autobus à hydrogène pour Cologne et 10 pour Wuppertal. Van Hool a ainsi remporté la plus grande commande d’autobus à hydrogène jamais enregistrée en Europe, ce qui témoigne de l'engagement constant de Van Hool en faveur des nouvelles technologies et des solutions écologiques.

Van Hool va construire une usine à Morristown, dans le Tennessee, aux États-Unis, où quelque 400 autobus seront produits chaque année pour le marché nord-américain des transports publics. Le « Buy America Act » oblige en effet Van Hool à construire une usine locale s’il entend commercialiser ses bus sur le marché américain des bus publics, qui connaît actuellement un fort potentiel de croissance.

2019 - Heden

Leading the way.

Van Hool présente 3 premières mondiales à BUSWORLD EUROPE 2019. L'EX11, le modèle le plus récent et le plus court de la gamme EX ; l'Exqui.City, alimenté par pile à combustible, pour la ville française de Pau ;

Le CX45E électrique pour le marché américain. Van Hool présente en outre un certain nombre de nouveautés technologiques sur ses véhicules qui reflètent la volonté d'innovation de l'entreprise.

Le carnet de commandes reste bien rempli, mais il y a une pénurie de professionnels et de techniciens sur les marchés pour l’assemblage de véhicules de plus en plus complexes. Afin de pourvoir les postes vacants le plus rapidement possible, Van Hool organise un « Job Day » à intervalles réguliers.

Le monde est frappé par la pandémie de coronavirus. Outre l'impact humain, le secteur des voyages est particulièrement touché. Les voyages sont interdits, des modifications importantes doivent être apportées aux véhicules et, lorsque les voyages sont à nouveau autorisés, les gens hésitent à réserver leurs vacances.

Van Hool propose des systèmes de purification de l'air dans tous ses véhicules : le système CAPS (Clean Air Purifying System).

Le CX45E rencontre un énorme succès en Amérique et les commandes ne cessent d'affluer.

En 2022, Van Hool lance une toute nouvelle ligne. La gamme A.